Fermer le menu partenaire
Facebook Twitter Instagram

Ils témoignent

Photo de Anne-Laure de Kermel

Anne-Laure de Kermel

Gérante du commerce Astuces de cuisine, Poitiers

"Nous sommes enracinés" 

Mon mari et moi sommes Parisiens d’origine et différentes mutations professionnelles nous ont conduits à quitter Paris, pour Bordeaux dans un premier temps, puis Beauvais et enfin Grand Poitiers, où nous sommes arrivés, il y a quinze ans. À la suite d’un plan social dans la société où travaillait mon mari, il y a sept ans, la question s’est posée de rester ou de partir. Nous étions bien installés, au Breuil-Mingot à Poitiers, où nous avons notre maison, au calme, avec un cercle amical plus que sympathique… car dès notre arrivée, nous avons rapidement rencontré du monde, nous nous sommes sentis très bien accueillis ! De plus, nous recevons facilement des visites d’amis qui s’arrêtent chez nous quand ils partent en vacances ou qui viennent en week-end, nous sommes à une heure et demi de la gare Montparnasse à Paris.

Nous sommes proches de lieux de villégiature, de la mer… tout ça, sans pour autant avoir renoncé aux commodités d’une véritable vie urbaine. Impossible de retourner dans la grisaille, le brouhaha et la pollution ! À ce moment-là, nous avons choisi de rester. Mon mari a alors repris une entreprise et il y a deux ans, j’ai repris un magasin dans le centre de Poitiers. Jeune adulte, l’un de nos enfants s’est installé à Poitiers, l’autre fait ses études à Paris pour l’instant mais reviendra peut-être lui aussi. Pour nous il n’est plus question de repartir, nous sommes enracinés !

Quand nous avons débarqué, il y a quinze ans, nous n’avions aucun a priori. Grand Poitiers était sous la Loire, ce qui augurait d’un climat plus agréable que celui de Beauvais et c’est à peu près tout ! Nous avons découvert une belle ville à l’histoire impressionnante et au patrimoine très bien conservé, à cinq minutes de la campagne. Nous sommes tombés sous le charme du centre-ville, ses colombages, ses pavés… Depuis les hauteurs, on aperçoit des clochers partout, on parle d'ailleurs de Poitiers comme la "ville aux cent clochers", construite sur un étonnant gruyère de caves voûtées… Et nous avons encore à découvrir ! Un bémol toutefois, c’est un peu juste culturellement. Il manque quelques petites choses, mais nous sommes vraiment contents de notre vie ici.

Publié le

Retour en haut de la page