Fermer le menu partenaire
Facebook Twitter Instagram

Ils témoignent

Photo de Isabelle Tisseuil

Isabelle Tisseuil

Responsable des services généraux dans un laboratoire pharmaceutique à Levallois-Perret

"Je serais prête à m’y installer"

J’ai découvert Grand Poitiers lorsque des amis, qui vivaient eux aussi à Paris et avec lesquels notre famille a tissé des liens presque familiaux, y ont déménagé. À l’époque, cela ne m’évoquait rien de précis, à part le Futuroscope. Aujourd’hui, je serais prête à m’y installer ! C’est un excellent compromis, ce n’est pas une grosse ville, mais c’est une belle ville, où il est agréable de se promener, qui dispose de tous les services : hôpital, éducation de qualité jusqu’aux études supérieures… Et une douceur de vivre ! À chaque fois que j’y vais, je me ressource. J’aime la ville en elle-même, les gens, l’architecture si bien préservée, les petites rues, même s’il est difficile de s’y garer. On sent qu’il y a une vie, c’est très jeune. L’été dernier, sur la route de notre retour de vacances, nous nous sommes arrêtés chez nos amis, à Buxerolles. En discutant, j’apprends que le soir-même les Brigitte se produisent en concert au parc de Blossac. J’adore les Brigitte. Nous y sommes allés au pied levé. Il y avait beaucoup de monde et pour autant on ne ressentait rien du stress qui règne à Paris, y compris dans des circonstances festives. Les gens étaient heureux, c’était top ! J’aimerais m’y installer parce que je m’y plais beaucoup et que, j’ai beau être parisienne de naissance, je vis très mal à Paris. Je respire mal à cause de la pollution et je suis allergique au bouleau, qu’on ne trouve pas au sud de la Loire… Pour autant, je n’aimerais pas vivre à Bordeaux qui présente les inconvénients d’une grosse ville. J’ai envie de quiétude et Grand Poitiers est un juste milieu. Il faudrait convaincre mon conjoint, qui lui prend beaucoup l’avion pour son travail, même s’il y a un aéroport, ce n’est pas encore gagné !

Publié le

Retour en haut de la page